Comment la vitamine D protègerait du cancer et de l’infarctus

Les adolescents qui manquent de vitamine D ont un ADN insuffisamment méthylé, ce qui est associé au cancer, à l’athérosclérose, et au vieillissement.

La déficience en vitamine D, surtout durant la grossesse et pendant l’enfance et l’adolescence, est fortement suspectée de favoriser le développement des cancers, des maladies cardiovasculaires et auto-immunes. Mais peu d’études ont mis à jour un mécanisme permettant d’expliquer les effets bénéfiques de la vitamine D.
Dans cette nouvelle étude, publiée dans le journal PLOS ONE [1], les chercheurs ont mesuré le taux de vitamine D sanguin et le taux de méthylation de l’ADN chez 454 adolescents américains (entre 14 et 18 ans) en bonne santé.

La méthylation de l’ADN est un processus naturel similaire à une “inactivation”de l’ADN. Par exemple, les femmes ont deux chromosomes X, dont un est entièrement méthylé, il est donc “muet”. De nombreuses études rapportent un lien entre méthylation de l’ADN et santé. Une hyperméthylation de l’ADN augmente l’expression de gènes répresseurs de tumeurs, tandis qu’une hypométhylation augmente l’expression de gènes impliqués dans les cancers [2]. Un ADN plus méthylé protégerait également des maladies cardio-vasculaires [3], des maladies auto-immunes et du vieillissement [4].

Une déficience en vitamine D associée à un ADN moins méthylé

Dans cette étude, 99% des adolescents caucasiens (blancs) avaient un statut adéquat en vitamine D contre 34% des adolescents afro-américains (noirs). 66% des adolescents noirs étaient donc déficients en vitamine D. Fait surprenant, tous les adolescents noirs présentaient un taux de méthylation de l’ADN plus faible que leurs camarades blancs.

Simple association ou relation de cause à effet ?

Afin de s’assurer que cette association n’était pas due à d’autres facteurs. Les auteurs ont donné à 58 adolescents noirs déficients en vitamine D des doses variables de vitamine D à prendre pendant 4 mois. Résultats : plus les doses de vitamine D administrées étaient élevées, plus l’ADN des adolescents était méthylé.

La méthylation permettrait d’expliquer l’association observée entre déficience en vitamine D et maladies chroniques

La déficience en vitamine D, très fréquente chez les noirs vivant en Europe ou aux Etats-Unis pourrait également expliquer pourquoi ces populations sont plus à risque de maladies cardiovasculaires et de cancer. Évidemment, le milieu social, donc le mode de vie a également un rôle important. A noter que la déficience en vitamine D est très répandue en Europe et en Amérique du Nord, quelle que soit la couleur de la peau.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*